9. March 2017

Lecture Serge Basso avec la collaboration de Lambert Schlechter mercredi, le 28 avril 2017 à 19h00

Lecture Serge Basso de March avec la collaboration (amicale & vocale) de Lambert Schlechter pour la sortie du livre « Les concombres n’ont jamais lu Nietzsche » Aphorisme bancals, proverbes bancroches et petites phrases décalées De Serge Basso de March Paru chez Cactus inébranlable éditions Qui connaît Serge Basso de March sait qu’il a la détente rapide, il vous zigouille une idée généreuse en trois bons mots bien frappés ! Ne laissez surtout pas traîner devant lui la moindre phrase ambiguë, il vous la retourne en moins de deux. C’est un déviant textuel, un faussaire sous ses faux airs de Napolitain, il traque les faux-amis de la langue, en restitue le premier degré de l’absurdité… ; il n’y a que lui pour discerner dans chaque astronome un voyeur, pour entrevoir des mocassins en regardant passer un crocodile, ou pour découvrir un petit râblé dans le portrait de l’auteur de Gargantua. Serge Basso de March ou l’art du sabotage linguistique, il prend la langue au ras du signifiant, taille des croupières aux gens de lettres, sème contrepèteries et apophtegmes sans sourciller. Il adresse un magnifique pied-de-nez aux poètes de compassion, aux écrivains de ministère, aux penseurs de circonstances. Mais cela ne l’empêche pas de titiller la métaphysique et de ramener les philosophes à des propos plus terre à terre. Il nous prévient, Assurer ses arrières ne nous empêche pas de finir les pieds devant, aussi dépêchons-nous d’avaler toutes les préceptes décapants des Wilde, Cioran ou Nietzsche, les pensées corrosives des Scutenaire, Nougé ou Chavée. Et commençons, pourquoi pas, par les pépites […]
6. March 2017

Lecture théâtrale avec Philippe Alloteau et Sandrine Roignant – Samedi, le 1 avril 2017 à 20h30

Prélude :   Titre de la pièce : Quand les femmes s’emmêlent, les hommes se taisent.     La trentaine passée ! Feydeau Cojean, habite une maison de caractère à Neuilly-sur-Seine, qu’il partage avec son père, Pierre Cojean 60 ans.   Tous deux originaires de la Guadeloupe, ne manquent pas de caractère. Pierre veuf,  notaire à la retraite. N’a qu’une envie : retrouver quelqu’un pour animer son quotidien.   « Feydeau, écrivain flambeur, n’a qu’une idée en tête, publier coûte que coûte son dernier ouvrage chez son éditeur  ».   Comme chaque jour ! Pierre, traverse l’allée de son jardin, pour aller chercher son courrier et pubs entassés.                   L’une d’elles… va radicalement changer, le cours de leurs vies.  Allant au-devant, de gros emmerdements.  Confiant… Feydeau appelle…une famille surendettée installée dans le 93.    Soudées, elles épongent leurs impayés, créant une entreprise familiale. Un moyen comme un autre pour elles, de survivre à la crise. « Renov Salon déclarée au Blanc-Mesnil, se fait les griffes chez les bobos ».   D’une accroche publicitaire, Feydeau crédule, conclut un contrat d’enfer en oubliant, d’en aviser son père.   Une affaire juteuse… pour la famille Beaumatin, originaire de Martinique. La maison mis à rude épreuve, par ces sulfureuses aventurières. Porte… et vitrail, vont passer un sale quart d’heure.   Les miss de banlieue, à l’origine d’un désastre graveleux. Salopettes de bleu ménager, vont bouleverser, la vie de deux hommes en colères.   Éboulis de verre, ils seront les victimes de provocations féminines.   Seule la St Valentin aura raison d’eux, scellant humour et amour.    Vaudeville   ( comédie ) Parrain […]
5. March 2017

Vendredi, le 31 mars 2017 à 20h30 – Concert Jazz Soul avec Kheira et Joël

14. December 2016

Mardi, le 10 Janvier 2017 de 19h30 à 20h30

*Lecture Serge Basso – Enrico Lunghi : Y’a des fausses notes dans la cinquième * Devant l’évident investissement que demande l’écriture d‘un livre, Serge Basso de March et Enrico Lunghi préfèrent les longues soirées amicales pour donner libre cours à leurs envies de passer la langue française et la police locale au crible. Inutile de préciser que ces derniers ne leur ont pourtant rien fait … Après *Les dessous de la vierge à l’enfant*, Éditions Phi, octobre 2015, le duo récidive avec *Y’a des fausses notes dans la cinquième*, Éditions Phi, octobre 2016 Qui aurait pu, un jour, penser, qu’un certain Ludwig van Beethoven puisse perturber le réveillon de Noël des trois plus éminents flics de la criminelle du Grand-Duché de Luxembourg, surtout quand, pour parfaire l’intrigue, l’hiver et les travaux routiers s’en mêlent à leur façon. L’inspecteur Wagner et ses deux adjoints sont, encore, ici réunis pour résoudre une enquête qui patauge dans l’inertie des fêtes de fin d’année, les manuscrits volés, les coupures d’eau, les cadavres sans têtes, les routes verglacées, les tueurs professionnels et les morts qui meurent à contretemps. Si l’on ajoute à tout ça le fait que notre héros a vu sa chère et tendre partir pour Rome, il y a de quoi se dire que les fêtes, ce n’est pas la fête. Heureusement qu’il y a, même en période de Noël, toujours un café chaud disponible et un kebab ouvert. Au plaisir de vous y rencontrer,